Le journaliste Soulaiman Raissouni a été hospitalisé dans un état lamentable

Soulaimane Raissouni a été transféré au CHU dans un état lamentable, selon sa femme

Le journaliste Soulaiman Raissouni, en grève de la faim depuis 79 jours, a été transféré d’urgence au CHU de Casablanca, hier dans la soirée, a annoncé son épouse, Kholoud Mokhtari, ce vendredi 25 juin 2021.

 

Après la montée des inquiétudes sur le sort du journaliste détenu Soulaiman Raissouni, en grève détention préventive depuis plus de 13 mois, son épouse Kholoud Mokhtari s’est adressée ce vendredi à l’opinion publique à l’issue de sa visite.

La scénariste Kholoud Mokhtari qui s’est rendue, jeudi, à la prison d’Oukacha pour se renseigner sur l’état de santé de son mari, a déclaré que son moral est au plus haut, mais que son état de santé s’est aggravé d’une manière sans précédent.

« Soulaiman a, de nouveau, été transféré hier soir à l’hôpital universitaire jeudi soir, et n’en était sorti qu’à dix heures du soir, avec une grande douleur », a-t-elle écrit sur Facebook.

« L’état de santé de Soulaiman est misérable. Le médecin de la prison a confié à Soulaiman que son état est très dangereux, plus dangereux que celui du jeune détenu du mouvement, Rabi Al Ablaq (ce jeune correspondant de presse avait levé, fin octobre 2019, sa grève de la faim après 56 jours suite à la détérioration de son état de santé)», a-t-elle soutenu.

Soulaiman Raissouni a besoin d’un suivi médical

« Ceci dit, ma revendication, au nom de la famille et tous ceux qui aiment la patrie et veulent éviter une catastrophe humaine, est que Soulaiman reçoive un traitement et bénéficie du suivi médical nécessaire », a-t-elle indiqué exprimant sa volonté de « prendre en charge les dépenses ».

L’épouse du journaliste a également exprimé sa douleur de voir « les choses atteindre un point d’irréversibilité pour Soulaiman ». « Soulaiman a donné son corps et sa santé dans une bataille, de laquelle le plus dur qu’on puisse dire, c’est qu’elle aurait pu être évitée si la loi avait été appliquée », a-t-elle gémi.

Car, poursuit-elle, dans ce cas de figure Soulaiman se serait tenu droit devant la justice, libre, en bonne santé et dans un bon état psychologique, de sorte à nous éviter en tant que famille et éviter à tout le pays cette tous ces souffrances et ces tracas ».

« Soulaiman est dans un état lamentable »

« Au moment où notre pays connaît de nombreux défis extérieurs, Soulaiman croupit dans l’ombre en prison, alors qu’il est inadmissible en matière de moralité et de citoyenneté que sa situation ne soit pas une priorité absolue », a-t-elle regretté.

S’adressant aux amis, camarades et confrères de Soulaiman, elle a porté à leur connaissance qu’ « il est dans un état lamentable ».

Notons que les avocats du journaliste ont annoncé, hier jeudi, qu’ils n’ont pas pu lui rendre visite en raison de la détérioration de son état de santé.

L’éditorialiste d’Akhbar Al Yaoum ne s’est pas rendu au parloir pour s’entretenir avec les membres de son équipe de défense, Me Mohamed Messaoudi et Me Lahcen Dadsi, qui ont attendu en vain son arrivée au parloir pendant deux heures.

La raison avancée par l’administration de la prison locale d’Oukacha était « la détérioration de son état de santé ».

« Nous sommes venus rendre visite à Soulaiman Raissouni et on nous a dit que son état de santé ne le permet pas », a écrit Me Messaoudi sur Facebook.

Dans une déclaration à Femina News, Me Messadoui a confié qu’il n’y a rien, de par la loi, qui empêche la visite d’un détenu dans sa cellule.

« L’avocat rend visite à son client dans la prison. Il n’y rien de légal qui interdit sa visite dans sa cellule », a-t-il confié.