Sebta : l’Espagne n’envisage pas de scolariser les mineurs marocains

Sebta : l'Espagne n'envisage pas de scolariser les mineurs marocains, veut les refouler

L’Espagne n’envisage pas de scolariser les mineurs marocains qui sont entrés dans le préside occupé de Sebta, a déclaré ce vendredi que la représentante de l’exécutif espagnol à Sebta, Salvadora Mateos, exprimant son souhait de les renvoyer au Maroc.

 

S’exprimant lors d’une conférence de presse tenue ce vendredi, la représentante du gouvernement espagnol a indiqué qu’il y a 1.128 mineurs marocains, qui sont entrés dans la ville occupée en mai dernier, dont près de 600 ont moins de 16 ans.

« Ce qui signifie qu’ils sont en âge de scolarité et qu’ils devraient être scolarisés pendant la prochaine saison scolaire », a-t-elle ajouté.

Tout en notant que le système éducatif de la ville de Sebta est incapable de les absorber, Mme Mateos a souligné qu’il y a un travail en cours pour renvoyer ces mineurs au Maroc.

Salvadora Mateos, « a confirmé que le retour des migrants au Maroc continue de se produire : la frontière continue d’admettre toute personne qui veut y aller volontairement », selon El Pais.

Elle a, dans ce sens exprimé, son souhait de les voir tous revenir au Maroc avant le début de la prochaine année scolaire.

Les mineurs marocains seront pris en charge

Salvadora Mateo a confirmé que les négociations se poursuivent avec Rabat pour pouvoir renvoyer les mineurs, et qu’il y a aujourd’hui du travail pour créer un organisme officiel au Maroc pour recevoir les mineurs une fois renvoyés. Sur ce registre, elle a rappelé que la législation espagnole garantit le droit à la scolarité pour les mineurs.

Mateos a expliqué que si certains parents ne souhaitent pas recevoir leurs enfants à leur retour au Maroc, l’Etat marocain et ses institutions devront s’occuper d’eux.

Dans le cas où il ne serait pas possible de renvoyer ces enfants au Maroc avant la rentrée prochaine, la représentante du gouvernement espagnol a expliqué que la Direction espagnole de l’Education réfléchit à une manière pour prendre en charge ceux en âge de scolarité.

Elle a expliqué qu’ils pourraient être accueillis dans des centres sportifs ou dans des écoles, mais elle a ajouté que « le nombre d’enfants scolarisés et le nombre d’écoles à Sebta resteront les mêmes ».

Rappelons que le roi Mohammed VI a ordonné, mardi, de régler « définitivement réglée » la question des mineurs marocains en situation irrégulière en Europe, annonce un communiqué conjoint des ministères de l’Intérieur et des Affaires étrangères.