A Kinshasa, le combat isolé d’Alpha Ramazani, un amoureux du livre